L’aventure commence et premières impressions…

20121006-075340.jpg

Bien que que le trajet de Montréal à Bangkok puisse être une aventure en soi, c’est frappé par l’humidité et la chaleur à la sortie de l’aéroport que l’on sent vraiment le début de quelque chose.

Bangkok a beaucoup changé depuis mon séjour en 93, la ville fait preuve d’un modernisme qui n’a rien à envier aux villes occidentales comme Montréal. Réseau métro, guichets automatiques, Iphones et 7-eleven sur tous les coins, il y tout de même un certain deuil à faire. Par contre, en fermant les yeux, rien n’a changé… Les odeurs! Qu’il est agréable (!) cet éventail d’odeurs qui change à tous les 5 mètres. Chaque petit kiosque de nourriture a sa signature, motos, offrandes et encens, ordures, fleurs… Il est bon de (se) sentir en Asie…

20121006-112920.jpg

Nous avons découvert à deux pas de notre hôtel, le bureau de poste central de Bangkok. C’est un édifice gris immense avec de grandes portes situé au sommet d’un imposant escalier central. Je l’ai immédiatement reconnu, flash-back il y a 19 ans quand j’ai visité à cette époque autant de bureaux de poste que de pagodes. Récupérer sa poste restante était la première chose à faire en arrivant dans une nouvelles ville, souvent ces lettres vielles d’au moins 3 semaines étaient la seule source de nouvelles de la maison.

Aujourd’hui, le bureau de poste était désert, aucun voyageur étranger. Au déjeuner, Barak et Romney débattent en direct sur Al Jazeera. En tapotant la vitre du ipad, Cyperpresse nous recrache tous les détails de la commision Charbonneau et si on choisit bien le temps de la journée, un couriel est répondu en 5 minutes. Un autre deuil à faire, celui de se sentir isolé en pays étranger. J’ai hâte de débarquer au Myanmar. En attendant, j’abandonne Cyberpresse, mais pas les courriels, ça c’est précieux…

Les enfants s’adaptent particulièrement bien et nous impressionnent. L’ennui est impossible quand les yeux ne sont pas assez grand pour tout voir, et les moments de repos deviennent vite des occasions de replonger dans les jeux imaginaires comme à la maison. Aucun ipod n’a été réclamé depuis l’avion.

La routine scolaire prend sa place au bord de la piscine pour une session de lecture et comme récompense une fois le travail terminé: baignade.

20120930-202051.jpg

Dans la rue Théo se fait appeler « Messi » dès que les gens aperçoivent son chandail #10 du club de foot d’Argentine et il leur donne en retour un sourire de fierté.

Depuis notre arrivée, on s’est reposé et visité un peu Bangkok et on organise aujourd’hui notre transport vers la plage, direction Koh Tao…

ความสุข
Sean